• Accueil
  • > Archives pour octobre 2020

Archives

Archive pour octobre 2020

Noircir une page

Noircir une page

De lettres

De chiffres

Sans atteinte

A l’imagination

Laissant venir

L’inspiration.

 

 



Le train symbolique

J’étais dans un train qui allait vers une destination inconnue dans le sud de la France. A un moment un voyageur m’a dit qu’il fallait que je descende à l’arrêt prochain du train, que je n’irai pas (cette fois) jusqu’à la fin du trajet. Cela a eu lieu. C’était une sorte de rêve sans en être un. Le voyage dans le train a bien duré, pour moi, toute une nuit. Dans notre réalité j’avais perdu connaissance l’espace de quelques secondes suite à un rire qui avait pris une trop grande proportion. Durant ces quelques secondes, il y a eu ce voyage dans une autre réalité si on peut dire. Je me demande toujours si ce n’est pas par ce train symbolique que je partirai vers Dieu, le moment venu. Car ce train allait peut être jusqu’à Lui…



Le rêve de ma mère

Un travail de deuil continue à se faire. Cette nuit, le rêve de ma mère, qui se retrouve veuve. Or mes deux parents sont décédés.

Ce matin j’ai retrouvé mes blogs qui fonctionnaient à peu près. La peur de perdre des écrits, même si une partie a été sauvegardée quelque part.

Beaucoup de textes courts écrits ici et là. Cela représente une certaine activité intellectuelle mine de rien.

Quel est le lien avec le rêve de cette nuit ? Aucun en apparence à moins que le travail de psychothérapie analytique m’aide à y voir plus clair dans le futur. C’est difficile de s’analyser psychologiquement soi-même. C’est pourquoi il nous souvent l’aide d’un professionnel habile à ce travail.

Serait-ce aussi la peur de perdre les souvenirs rattachés à mes parents. Des souvenirs subjectifs. Un professionnel de la thérapie m’avait dit que l’objectivité n’existait pas.

Certains clés des souvenirs anciens sont à jamais perdues si ce n’est qu’elles sont là quelque part dans l’inconscient. C’est peut être pour cela que j’ai envoyé un texto amical à mon ancienne pédopsychiatre ce matin. Je l’attribue (tout en le sachant pertinemment et consciemment) d’un savoir alors le passé a fait son effet dans le temps. Son avis est que je dois vivre quand même sans essayer de tout comprendre. Et puis on s’aperçoit avec le temps en thérapie que c’est nous qui savions. C’est du moins une des théories de Lacan.

Mon père avait une imagination débordante. Il était écrivain en auto-édition. Il a réalisé ce travail, une passion pour lui, à la retraite. Mais c’est difficile avec son imagination de faire la part des choses. On a vite fait de se construire un roman familial erroné ou du moins vrai mais dans l’imagination de mon père.

On dit que l’espoir fait vivre, l’imagination aussi… Mais prudence, il faut rester aussi les pieds dans la réalité. C’est tout un équilibre à avoir.



Plusieurs masques

Il existe plusieurs types de masques. Chez Jung il y a le masque social. Or il ne faudrait pas que les masques que nous portons dans la rue pour nous protéger deviennent des masques sociaux et accentuent les différenciations sociales ainsi que les solitudes. Etre trop seul protège certes mais est-ce que cela alimente pour cela un courant de vie et d’échanges indispensables à chacun ? En écrivant cela je suis conscient d’être dans le « faites ce que j’écris et ne faites pas ce que je fais moi-même ». Dans tout cela il faut un équilibre entre solitude et échanges, authenticité et masque social pour se protéger, entre vie et protection.