Archives

Archive pour août 2020

Un monde nouveau

Courts textes

Liberté retrouvée

A l’aube

D’un monde nouveau.

 

 



Une rencontre

Un écrivain

Un éditeur

Une rencontre

Sans tarder

Pour l’accouchement

D’un livre.

 

 



Écrits retrouvés

Écrits retrouvés

Un puzzle qui s’assemble

Petit à petit

Un puzzle de vie.

 

 



Du mal à se projeter avec le covid

Je ne sais pas si cela provient du covid mais personnellement j’ai un grand mal à me projeter actuellement. C’est comme si il y avait une page blanche.



Lire son père, auteur

Lire un auteur, lire son texte, c’est pénétrer dans un monde qui est le sien quelque part. Quand il se trouve que l’auteur est son père la tâche peut être ardue. Tant il faut faire la part des choses entre la réalité et l’imaginaire. Surtout quand il arrive à un moment que l’auteur parte pour « un autre monde meilleur que le notre » dit-on. Les écrits restent. Ces écrits qui constituent une oeuvre littéraire quand son père, auteur, « a accouché » de plusieurs livres. Et de plusieurs documents, non publiés, concernant l’histoire de la famille. C’est là aussi qu’il faut se méfier de son imaginaire en tant que lecteur. Celui-ci peut ouvrir des portes à l’infini. L’imagination constitue un moteur mais il faut faire attention à un envol trop haut car l’atterrissage peut être brutal. Il peut donc être difficile de lire son père pour un fils. Il faut aussi apprendre à partager la personnalité de son père qui reste vivante à travers ses écrits, en tant qu’auteur, avec d’autres lecteurs qui apprendraient à connaitre sa pensée.



La notion d’abondance

La notion d’abondance, d’après ce que j’en ai compris, a à voir avec tout ce qui est l’air que l’on respire, la nature de notre Terre, notre imagination et nos capacités intellectuelles et émotionnelles. Elle a peu à voir avec ce qui est argent et biens matériels. L’argent cela peut aller et venir. Son but (à l’argent) est principalement d’échanger entre nous. L’abondance ce serait aussi demander et recevoir. Là aussi les échanges d’amitié et d’amour sont importants et montrent bien l’existence de notre interdépendance.

 



Une drôle de synchronicité

J’étais installé dans mon fauteuil. Mes yeux se sont portés vers la bibliothèque, vers les livres écrits par mon père. Au même moment la chanson de Glorious et de Grégory Turpin est sortie comme par enchantement de YouTube que j’avais mis en route pour écouter des chants chrétiens. Cette chanson est consacrée au pardon qu’accorda le fils devenu chanteur à son père. Je ne me souviens plus du titre de la chanson. Là je me suis dit qu’il s’agissait là d’une drôle de coïncidence. C’est plutôt une synchronicité. Il faut raison garder mais ce sont là de drôles de clins d’oeil de nos personnes décédées ou de Dieu Lui-même.