Archives

Archive pour avril 2020

Cette puissance créatrice

Je vais vous faire une confidence. Cette puissance créatrice, cet Amour ou Dieu j’ai senti sa présence un certain soir de l’hiver dernier. Depuis j’ai une foi plus solide toujours quand même avec des hauts et des bas. Mais je me dis que ce n’est pas possible autrement qu’il y a une puissance créatrice, Dieu pour que notre monde existe. Après nous sommes responsables de ce que nous faisons de ce monde. Oui j’ai aussi ma part de responsabilité mais j’ai aussi ma part de devoir à faire pour que cela aille mieux. D’ailleurs on peut prendre plaisir à faire des devoirs comme quand on était à l’école. C’est cela aussi l’Ecole de la Vie.



La globalisation de la crise

On voit combien cette crise actuelle est globale. Après il me semble que la loi est faite pour être au service de l’homme et non l’inverse. Tout comme l’économie doit être au service de l’homme aussi. De plus avec nos nombreux outils technologiques nous devrions avoir les moyens de nous construire un espace de paix sur Terre. Cela peut paraître utopique d’écrire cela mais on dit aussi que l’espoir fait vivre.

 



Le sujet supposé savoir

Si j’ai bien compris cette théorie de Lacan le sujet ou patient attribue à son thérapeute un savoir. Il pense que le thérapeute sait ce dont il souffre et pourquoi il en en souffre. Alors que le thérapeute n’en sait rien. C’est par l’intermédiaire du travail analytique (lapsus, actes manqués, projections…) que la Vérité du patient s’éclaire progressivement pour lui.



La foi au risque de la psychanalyse

Connaissez-vous ce livre de Françoise Dolto et de Gérard Séverin ?

Les deux peuvent être compatibles. Pourquoi les opposer ?

 



Entre les séances de psychothérapie

Entre les séances de psychothérapie il s’en passe aussi des choses, l’inconscient étant en mouvement. La réflexion analytique ne s’arrête pas. Cela me fait penser à la question de Freud quant à la fin ou non de la psychanalyse. Finalement tant que nous sommes en vie, nous sommes en devenir, nous pouvons changer notre comportement et nous pouvons continuer nos questionnements.



La rencontre analytique

Je rêve de l’époque d’avant où la rencontre entre un psychanalyste et son patient se faisaient en face à face à l’intérieur d’un cabinet. Maintenant à l’époque du confinement web cam et ordinateurs sont de mise. L’inconscient fonctionne tout de même dans ce cadre là, avec ce cadre là. Mais c’est oublier toutes les personnes qui ne sont pas habituées ou qui ne peuvent pas s’offrir les nouvelles technologies. Il serait intéressant de faire un comparatif entre la rencontre analytique au temps de Freud et celle qui a lieu maintenant, à l’heure du confinement, entre un analyste et une personne qui souhaite le rencontrer pour chercher et pour trouver quelle est sa voie, quelle est sa place, l’équilibre…



Bonnes fêtes de Pâques !

Bonnes fêtes de Pâques malgré le confinement ! Mes pensées vont à un ami de 89 ans qui est entré en soins palliatifs. Cet ami est prêtre. Que Dieu l’accompagne dans cette épreuve et fasse qu’il ne souffre pas. Je connais aussi un couple qui attend un heureux événement, une naissance. Ainsi va la vie.

 



Débat : « sans les médicaments point de salut ? »

En tant que patient en psy j’ai envie de lancer aujourd’hui le débat suivant : « sans les médicaments point de salut ? » On peut se dire qu’effectivement on est dépendant des petites gélules. On peut se demander alors si la maladie psychique n’est pas génétique. On admet maintenant l’aspect multifactoriel des causes de la maladie.

 



Pourquoi pas des patients conférenciers ?

Oui pourquoi pas ? Il s’agit de transmettre une expérience. C’est peu commun mais il y a déjà des personnes patients qui font des conférences dans le monde. C’est plutôt rare en France. On interroge plutôt ceux qui sont sont censés détenir le savoir comme les médecins, les psychiatres, les psychologues. Mais le patient peut aussi témoigner de son expérience de patient. Est-ce que cela entretiendrait les résistances psychologiques ? Je ne le pense pas. On parle aussi en psychiatrie du rétablissement. Un ami psychologue me faisait remarquer que chaque chemin est singulier. Il est vrai qu’on ne peut pas tout mettre en théories tout comme on ne peut pas enfermer une personne dans un diagnostic.



Trouver sa place dans la société

La psychanalyste Claude Halmos nous rappelle dans son livre « Est-ce ainsi que les hommes vivent ? » combien il est important que chacun trouve sa place dans notre société. Peut-on d’ailleurs trouver sa place en écrivant sur un blog comme je le fais maintenant ? On peut discuter du fait que chaque personne aurait droit à un revenu universel du simple fait qu’elle est citoyenne. Du coup on peut se demander qu’est-ce qu’être citoyen actuellement. Le citoyen doit certainement avoir des droits et des devoirs. S’il a le devoir de travailler il a par contre droit en théorie à un emploi. Sauf que l’Etat, pour cela, a une obligation de moyens et non de résultats.



12